Index  •   Annuaire  •   FAQ   •  Rechercher   •  Mot de passe oublié? Nous sommes actuellement le Jeu Juil 29, 2021 14:24




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 
 projet centrale hydro electrique ORLU - enquete publique 
Auteur Message
 Sujet du message: projet centrale hydro electrique ORLU - enquete publique
MessagePublié: Jeu Mai 06, 2021 12:07 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Fév 12, 2004 11:43
Message(s) : 631
Bonjour

La Shema (edf) se propose de construire une centrale sur le P2 de l'Oriége https://www.eauxvives.org/fr/rivieres/voir/oriege

Le projet est soumis à enquête publique, on peut déposé jusqu'au 12 mai : https://www.registredemat.fr/enquete-pu ... hydro-orlu

Ce joli petit parcours de classe III/IV est un des parcours de haute rivière les plus souvent navigable d'Ariége. Il est directement à l'aval de la central des forges d'Orlu qui écluse fréquemment de 3 à 12 m3/s.

Le projet est de turbiner maximum 3 m3/s pour un débit réservé de 0.85 m3/s.

La perte de navigation sera donc majeur, le parcours ne deviendra navigable que sur grosse éclusée.

Pour l'anecdote, la mairie de Orlu est a fond derrière le projet... véritable rente fiscale, et n'aime pas trop le kayak...en effet le cdck09 avait du faire sauté un arrêté d'interdiction de la navigation...


Le projet est comme d'habitude de motivation très aléatoires comme quoi l'environnement n'en sera que très peu impacté, que la vallée sera sauvé grâce a cette énergie locale, et que le changement climatique ne passera par là...

bref ces gens savent écrire des arguments dans leur sens, à nous d'écrire les nôtres et de démonter une partie de leurs arguments sur l’enquête publique...avant le 12 mai !


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: projet centrale hydro electrique ORLU - enquete publique
MessagePublié: Ven Mai 07, 2021 13:45 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Fév 12, 2004 11:43
Message(s) : 631
https://www.apra-lechabot.fr/wp-content ... e-Orlu.pdf

Ci dessus la déposition de l’association de protection des rivières d’Ariège «  le chabot »
Vous pouvez en prendre les éléments (et bien sur en cas de copie il est évident de citer la source: apra le chabot )


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: projet centrale hydro electrique ORLU - enquete publique
MessagePublié: Lun Mai 10, 2021 16:28 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Fév 12, 2004 11:43
Message(s) : 631
bonjour

vous pouvez aussi répondre a l’enquête publique avec ce texte en y mettent vos coordonnées... ;)

https://drive.google.com/file/d/1nOBcIf ... AF_VF7dg28


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: projet centrale hydro electrique ORLU - enquete publique
MessagePublié: Mar Mai 11, 2021 20:46 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Jeu Fév 12, 2004 11:43
Message(s) : 631
oui je sais y'a de l'eau (enfin ;) , mais il reste que jusqu’à mercredi 12 mai 16h30 pour répondre à l’enquête publique...

voici l'avis que j'ai déposé si ça peut vous servir :
Objet : Enquête publique sur la création d’une centrale hydroélectrique sur le bassin versant de l’Oriège par la société SHEMA (groupe EDF)

Monsieur le Commissaire enquêteur,

A la lecture du dossier d’enquête publique, je m'interroge fortement sur la démarche d’élaboration du projet : Pourquoi le monde du canoë kayak n'a-t-il pas été prévenu du projet ? Qui a pris et prendra la responsabilité de la mise à l'écart de l'un des usages majeurs de la rivière ? Pourquoi mette en tuyau ce petit morceau de rivière encore libre dans une vallée où l'impact de l'hydroélectricité est déjà très important ?

En effet, EDF dont la SHEMA est une filiale ne peut ignorer la pratique du Canoë-Kayak sur l'Oriége. Pour preuve la plus récente, en 2014 des réunions entre le Comité Départemental de Canoë Kayak de l’Ariège et EDF (GEH Aude-Ariège) pour discuter de la faisabilité d’un rassemblement sur le tronçon qui serait aujourd’hui court-circuité. Une convention avec EDF avait été signée en 2015, afin de vérifier et de calibrer le débit optimal pour un rassemblement, et un lâcher d’eau organisé.
De plus nous portons à votre connaissance que le Plan Départementale de Randonnée Nautique (PDESI) répertorie l'Oriége dès 2006 et notamment exactement le tronçon visé par ce projet.

Concernant la navigation, ce parcours de classe III-IV offre, selon les différents niveaux d’eau, un potentiel de navigation pour un large panel de pratiquants, du débutant à l’expert, et est notamment un parcours école pour l’initiation à la haute rivière et la formation des cadres. En effet ce parcours a un fort intérêt au niveau régional, mais également au niveau national et international dans le cadre du tourisme nautique.
On en trouve référence sur différents supports :
le site internet eaux- vives.org avec un référencement de ce parcours dès 2001 : (https://www.eauxvives.org/fr/rivieres/voir/oriege)
des applications mobiles tel que Rivermap ou Riverapp qui donnent des informations sur les débits,
des ouvrages de topos de rivières :
Guide Itinéraires 700 rivières de France (Daniel BONNIGAL, éd. La Pirogue, 1991)
Pyrénées Rivières Sauvages (Patrick SANTAL avec l’association Rivières sauvages et kayak sans frontières, Imprimeur S.A. BIHET, 1999)

Ce tronçon est navigable avec des débits qualifiés de faibles (environ 3m3/s) à fort pour un tel parcours(soit plus de 20 m3/s).
Le fonctionnement en éclusés de la centrale des forges d'Orlu impacte négativement la navigation mais permets néanmoins de réaliser le parcours sur éclusées de 3m3/s.
La volonté de non-renseignements des usagers de la rivière de la part de EDF quant aux horaires prévisionnels des lâchers d’eau porte préjudice à la navigation, mais avec de la patience on peut naviguer même par faible débits quand tous les autres parcours sportifs de l’Ariège et des départements limitrophes ne sont pas navigables car court-circuités par le fonctionnement des ouvrages hydroélectriques.

Il est à noter également, que ce parcours est ponctué de passerelles basses qui ont été mises en place lors de la construction de l'usine hydroélectrique des Forges d'Orlu. Elles devaient être démontées dès la fin des travaux. Les élus locaux les trouvant utiles pour traverser et aller sur leurs terrains ont demandé à EDF de les laisser en place. Cependant, vu le flou juridique sur l’appartenance de ces passerelles, elles n'ont elles n’ont jamais été démantelées ou sécurisées. Des discussions à ce sujet ont eu lieu en préfecture de l’Ariège (suite à une tentative de la mairie d'Orlu d'interdire la navigation sur ce parcours).

Ces dites passerelles, de par leur faible tirant d’air, sont un obstacle majeur à la navigation à certains débits, et semblent faire obstacle à la continuité piscicole (l'APRA le chabot en parle dans sa déposition).
Avant tout nouveau projet, il nous semblerait judicieux que EDF se place en conformité avec la loi en supprimant ou réaménageant ces deux passerelles « provisoires » mises en place par leurs soins.











Les documents fournie par la SHEMA sont d'un argumentaire très faible quand à l’intérêt énergétique de ce projet comparé à la puissance déjà installée en amont et en aval de ce projet, mais aussi comparé à l'ensemble de la puissance installée en face nord des Pyrénées.
En effet si l'on suit les motivations de la Mairie, de EDF/SHEMA et de leur avocats, on peut raisonnablement noté qu'à aucun paragraphe ils n'évoquent les objectifs nationaux et européens d'économie d’énergie et de restauration du bon état des cours d'eau - combien de logements isolé thermiquement dans la vallée pour évité la construction de cette centrale à faible production ?

En vérité ce genre de projet ressemble à du jusqu'au boutisme de l'artificialisation de la rivière, et l'administration s'y laisse trompée avec des avis trop facilement favorable pour des études d'impact mal argumenté. Par exemple pour ce projet on essaye de nous faire croire d'un coté que l'hydroélectricité est une énergie verte sans impact comparé à d'autres énergie renouvelable, et de l'autre que ce nouveau projet pourrait réduire l'impact négatif des éclusés des forge d'Orlu juste en amont...ce n'est vraiment pas sérieux !
Les rivières ont besoin de l'eau dans leur lits pour que leurs écosystèmes fonctionnent !
Il est très important de préservé des espaces naturels d'eaux vives, ils servent aussi bien la biodiversité que les usages poétiques de la rivières (promeneurs, pécheurs , kayakistes...).
Si l'état Français n'est pas capable de préservé de petits morceaux cours d'eau libres, plus aucun citoyens ne sera capables d'en comprendre le fonctionnement ou d'en apprécier la beauté et la dangerosité.

A la lecture des différentes pièces fournies dans le cadre de l’enquête publique, et en plus de l’impact environnemental et paysager que je déplore vivement dans l’intérêt des générations futures, apparaissent :
L’absence de concertation avec les différents usages, dont les activités nautiques non motorisées.

Des informations fantaisistes et incomplètes, manifestement non renseignées et inadaptées concernant les usages de l’eau :
« 5.1.8.4.2 Sports nautiques
Aucun club de kayak ou de canoë n’est recensé sur ce secteur de l’Oriège.
Hors encadrement réglementé, cette activité a été signalée ponctuellement, de manière « sauvage » mais néanmoins risquée au regard des éclusées sur le linéaire en question. »

Si effectivement aucun club de Canoë-Kayak n’existe sur la commune, plusieurs clubs, structures et professionnels sont situés aux alentours proches.
Le terme de « hors encadrement réglementé » ainsi que la fréquentation et la notion de risque évoqué ici, sont fantaisistes et erronés.

En effet, nous tenons à préciser que la FFCK (et ses organes déconcentrés), en tant que fédération délégataire, est seule habilitée à juger de de la dangerosité de l’activité et du cadre réglementaire, et plus généralement de l’organisation de la pratique, notamment en termes de représentation des usagers, d'édiction des règles techniques et de sécurité. Or elle n’a pas été concertée dans ce projet.

De même, nous sommes en total désaccord avec l’appréciation « Aucune incidence n’est à envisager par rapport à ce projet. » concluant le paragraphe 5.1.8.
Il s’avère en effet que l’incidence de ce projet sera majeure pour nos activités et les hypothéquera de façon grave.

Une incomplétude de l’étude d’impact dans son volet activité touristique, et notamment des activités nautiques, concernant le diagnostic des pratiques (erroné et notablement incomplet), l’analyse des impacts (erroné), et les propositions de mesures réductrices ou compensatoires (absentes).

La non prise en compte flagrante de la démarche préconisée dans la Note technique du 30 avril 2019 du Ministère de la Transition Écologique relative à la mise en œuvre du plan d’action pour une politique apaisée de restauration de la continuité écologique des cours d’eau, en matière de concertation.

Au vu des éléments ci-dessus, je relève des d’études d’impact incomplète et ridicule et je porte un avis défavorable sur ce projet.


Hors-ligne
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: projet centrale hydro electrique ORLU - enquete publique
MessagePublié: Mer Mai 12, 2021 11:12 
Avatar de l’utilisateur

Inscription : Dim Déc 23, 2001 11:45
Message(s) : 6050
Ma contribution à l'enquête ; en quelques mots cette pratique est obsolette et ne présente que des avantages à très court termes.
Obsolette dans le contexte de secheresse annoncée, dans un contexte de préservationd e la biodiversité, en regard des préconisations gouvernementales sur le dévleoppement des energies renouvelleables (Eolien et solaire bien plus efficaces pour attendre les 40% d'enregie renouvellables)

Ci-dessous mon layus :

La Vague Portésienne Canoe-Kayak
Chemin de la drague
31120 Portet sur Garonne

A Portet sur Garonne, le 11 Mai 2021

Objet : Enquête publique sur la création d’une centrale hydroélectrique sur le bassin versant de l’Oriège par la société SHEMA (groupe EDF)

Monsieur le Commissaire enquêteur,

A la lecture du dossier d’enquête publique, nous remarquons premièrement que le monde du Canoe-Kayak n’a pas été consulté dans cette démarche.
Vous n’êtes pas sans ignorer que le tronçon de rivière concerné par ce projet est répertorié dans le monde du kayak et est bien connu par les pratiquants, notamment en Occitanie.
Pour preuve les différents supports ou l’on trouve ce tronçon répertorié :
• le site internet eaux- vives.org avec un référencement de ce parcours dès 2001 : (https://www.eauxvives.org/fr/rivieres/voir/oriege)
• des applications mobiles tel que Rivermap ou Riverapp qui donnent des informations sur les débits,
• des ouvrages de topos de rivières :
• Rivières Occitanes, Tome 1 (Laurent PUYARDY et José ARENES, 1980),
• Guide Itinéraires 700 rivières de France (Daniel BONNIGAL, éd. La Pirogue, 1991)
• Pyrénées Rivières Sauvages (Patrick SANTAL avec l’association Rivières sauvages et kayak sans frontières, Imprimeur S.A. BIHET)
Nous même à la Vague portésienne CK sommes des adeptes de ce parcours intéressant d’un point de vue technique pour le kayak mais surtout magnifique dans son décor et dans cette vallée superbe. A voir ici : https://www.dailymotion.com/video/xbn15v

Nous nous inscrivons donc en faux sur l’article ci-dessous :
« 5.1.8.4.2 Sports nautiques
Aucun club de kayak ou de canoé n’est recensé sur ce secteur de l’Oriège.
Hors encadrement réglementé, cette activité a été signalée ponctuellement, de manière « sauvage » mais néanmoins risquée au regard des éclusées sur le linéaire en question. »

Nous également sommes en total désaccord avec l’appréciation « Aucune incidence
n’est à envisager par rapport à ce projet. » concluant le paragraphe 5.1.8.
Il s’avère en effet que l’incidence de ce projet sera majeure pour nos activités et les
hypothèquera de façon grave.
● Une incomplétude de l’étude d’impact dans son volet activité touristique, et
notamment des activités nautiques, concernant le diagnostic des pratiques (erroné
et notablement incomplet), l’analyse des impacts (erroné), et les propositions de
mesures réductrices ou compensatoires (absentes).

D’autre part nous sommes aussi des citoyens et bien conscients et en adéquation avec la volonté de développer les énergies renouvelables mais se mobiliser pour la préservation et la restauration de la biodiversité est une priorité tout aussi grande.
En effet : l’IPBS alerte depuis la Conférence de Nagoya en 2010 sur la nécessité de stopper l’érosion de la biodiversité, dont nous savons aujourd’hui qu’elle est une sorte d’assurance-vie pour l’humanité et nous aide dans l’adaptation au dérèglement climatique, grâce aux « services écosystémiques » rendus par les écosystèmes en bon état. Dans son dernier rapport, l’organisation indique qu’un million d’espèces animales et végétales, soit une sur 8, risquent de disparaître. Dans son rapport annuel 2019, l’UICN indique que 112 432 espèces sont inscrites sur la Liste Rouge des espèces menacées, dont 30178 qui risquent l’extinction. De quoi être inquiets et nous mobiliser
L’Ariège est un département touristique nature, bien que déjà fortement défiguré par les ouvrages déjà existants. Voulons nous vraiment continuer à défigurer notre trésor ?
Deuxième axe de réflexion : La construction de nouvelles centrales est une pratique obsolète et ne présente que des avantages à très court terme :
• La rentabilité d’un tel projet ne peux qu’aller en décroissant vu les prévisions méteo et l’augmentation de la sécheresse (et ca c’est un fait). On parle développement durable et vu ces prévisions météorologiques quid de l’avenir à moyen terme de cette centrale ?
NB : Les experts du GIEC le répètent : nous devons tenter de contenir la hausse inéluctable de la température à un maximum de 1,5°. C’est l’objectif de l’Accord de Paris, signé par 192 etats en 2015. Si nous n’y parvenons pas, nos sociétés risquent de devoir affronter des bouleversements globaux considérables, avec, entre autres, une pression accrue sur la ressource en eau : des étiages plus prononcés, des crues plus dommageables.
• Les microcentrales ce n’est pas le meilleur moyen d’atteindre les objectifs gouvernementaux en terme de % d’énergie renouvelable. Pour entrer dans la « transition énergétique et écologique » et atteindre la neutralité carbone en 2050, les experts sont unanimes : Cette augmentation se fera surtout avec l’éolien, le solaire, seuls à permettre de fournir les dizaines de milliers de MW nécessaires. Cette augmentation se fera surtout avec l’éolien, le solaire, seuls à permettre de fournir les dizaines de milliers de MW nécessaires. De plus ces 2 dernière énergies ne sont pas impactées par le réchauffement climatique donc bien plus « durables »

• On est même en train de faire l’inverse dans certaines régions de France. On supprime des barrages. En effet la CRE (Commission de Régulation Des Energies) recommande de « privilégier la rénovation des centrales existantes, de limiter la construction de nouvelles centrales .

Par example EDF sur la Romanche : Une nouvelle centrale de 97 MW a permis d’effacer 5 vieux ouvrages et produira 560 GWh par an, soit la consommation de 230 000 habitants.
Le barrage de Poutes sur l’allier viens d’être démantelé pour restaurer une partie de la biodiversité de la Vallée de l’Allier.

Au vu des éléments ci-dessus, nous relevons une incomplétude dans l’étude d’impact qui a été réalisée et le non respect des démarches vertueuse préconisées dans la Note technique du 30 avril 2019 du Ministère de la Transition Ecologique relative à la mise en œuvre du plan d’action pour une politique apaisée de restauration de la continuité écologique des cours d’eau, en matière de concertation.

Nous émettons donc un avis nettement défavorable sur ce projet.


Pierre UNGLAS
Pour La vague Portésienne Canoe-kayak

Signature


Hors-ligne
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 message(s) ] 


 Qui est en ligne ? 

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :