Cotation de difficulté technique et d'engagement des parcours d'eau-vive

Les cotations utilisées sont constituées de la cotation de difficulté internationale (FIC) légèrement adaptée, plus une cotation d'engagement. Ce dernier se définit comme la confrontation au risque.

Difficulté technique et notion de risque sont ainsi dissociées, permettant une cotation plus pertinente des parcours.

La difficulté technique

Les définitions de cotation de difficulté sont tirées directement de celles de la FIC, desquelles ont été enlevées les notions de risques.

Classe Définition
I Facile - Courant rapide avec vaguelettes. Peu d'obstructions, qui sont évidentes et facilement évitées avec un minimum d'entraînement. Récupération facile en cas de problème.
II Débutant - Rapides simples, avec passes évidentes, ne nécessitant pas de reconnaissance. Manoeuvres occasionnelles requises, mais rochers et vagues de taille moyenne sont facilement évités par les pratiquants entraînés. Aide extérieure rarement nécessaire en cas de problème.
III Intermédiaire - Rapide avec des vagues irrégulières, de taille modérée, pouvant être difficiles à éviter. Des manoeuvres complexes dans un courant rapide ainsi qu'un bon contrôle du bateau dans des passages étroits ou autour de rochers sont souvent nécessaires. Grosses vagues et obstructions peuvent être présents mais sont facilement évités. De puissants contre-courants et mouvements d'eau peuvent se rencontrer, particulièrement sur les parcours à volume. Reconnaissance rcommandée pour les moins expérimentés. Récupération habituellement facile mais une aide extérieure permet d'éviter les bains prolongés.
IV Avancé - Rapides intenses, puissants mais prévisibles, nécessitant un contrôle précis du bateau dans une eau agitée. Selon le type de parcours, on trouve de grosses vagues et gros rouleaux ne pouvant être évités, des passages étroits demandant des réactions rapides dans des conditions stressantes. Requiert la capacité s'arrêter rapidement et de façon sûre. Rapides imposant des trajectoires "obligatoires" dans un contexte dangeureux. Récupération pouvant être difficile. Aide extérieure souvent essentielle mais demandant compétences et expérience. Esquimautage fiable fortement recommandé.
V Expert - Rapides extrêmement longs, encombrés, ou très violents. Passages pouvant contenir grosses vagues et gros rouleaux, ou passes resserrées avec des trajectoires complexes et techniquement exigeantes. Rapides pouvant s'étaler sur de longues distances entre les zones calmes, réclamant une bonne condition physique. Les contre-courants rencontrés peuvent être petits, agités, ou difficiles à atteindre. Reconnaissance recommandée mais pouvant être difficile. Récupération difficile. Un esquimautage très fiable, un équipement adapté, une expérience conséquente ainsi que des compétences pratiques dans le domaine de la sécurité constituent des points essentiels.
VI Extrême et exploratoire - Ce type de parcours représente la plupart du temps les limites de la difficulté. La récupération peut être impossible. Pour équipe d'experts seulement, à niveau d'eau favorable, après reconnaissance minutieuse et en prenant toutes précautions possibles.
X Infran - Passage infranchissable jusqu'à preuve du contraire. Si un franchissement volontaire en canoë-kayak est réussi dans des conditions normales, le passage est décoté en 6. Un obstacle temporaire qui rend infranchissable un rapide franchissable en temps normal n'affecte pas la cotation (ex. arbre en travers d'un rapide de classe 3).
Parcours de référence pour la difficulté technique :
Classe Référence manoeuvrier Référence volume
I  
II Drôme (ME) Saillans -> Crest Véneon (HE, juin) St-Christophe -> Plan du Lac
III Aude (7 m3/s) gorges de Saint Georges Isère (35 m3/s) Bourg -> Bellentre Orne (30 m3/s) gorges de Saint Aubert
III+ Allier (ME) Monistrol -> Prades Doron (60 cm) gorge aval de Brides les Bains
IV Hérault (ME) Canyon de St Guilhem Agout (18 m3/s) Escalier de la Peyre -> Brassac Isère (35 m3/s) Bellentre -> Aime
IV+ Adour de Lesponne (30cm échelle pont D935) Chiroulet -> Lesponne Ubaye (30 m3/s) Fresquières -> Martinet
V Tarn (margelle affleurante) Ravin de Manuber -> la Vernède
V+ Dourbie (ME) Grande gorge> Dourbie, La grande gorge - classe V+
VI Dora Baltea (ME) Courmayeur -> Champex
Passages de référence pour la difficulté technique :
Classe Référence manoeuvrier Référence volume
2 Ardèche (ME) le Charlemagne  
3 Eyrieux (20 m3/s) la Barque Durance (ME, juillet) le rapide du pont SNCF
3+ Chalaux (4 m3/s) la Piscine à billes Isère (25 m3/s) la Machine à couper le jambon
4 Chalaux (4 m3/s) le Courtibas
Vézère (14 m3/s) la Goujonnière Vézère, passage de la Goujonnière - classe 4 les Serpents Vézère, passage des Serpents - classe 4
Ubaye (40 m3/s) la Dent de requin
4+ Verdon (18 m3/s) l'Estellier Doron (80 cm) le Vélodrome Doron de Bozel, passage du Velodrome - classe 4+
Pallaresa (30 m3/s) Pallaressa, passage du 4 x 200 m à 30 m3/s - classe 4+
5 Agout (13 m3/s) l'Escalier de la Peyre Agout, L'escalier de la Peyre - classe 5
Taurion (6 m3/s) fin de la Rigole du Diable
 
5+ Soualoise (ME) les Gillardes
Tarn (margelle affleurante) la Trompette Tarn, Passage de la trompette - classe 5
 
6 Tarn (margelle affleurante) le Gouffre des Meules Tarn, Le gouffre des meules - classe 6  

L'engagement

La cotation d'engagement est tirée d'un article de Pierre Peschier dans CKM n° 132, avril/mai 96.

Engagement Définition Référence
E1 Peu engagé, pas de risque particulier sauf circonstances exceptionnelles. Durance , St-Clément -> Embrun
E2 Engagé, risque de blessure ou de mauvais bain. Tarn , Pt de Monvert -> La Vernède
E3 Très engagé, les conséquences d’une erreur peuvent être graves, voire fatales. Verdon , le Canyon
E4 Engagement maximum, idem niveaux E2 et E3 mais le portage est impossible dans certains cas: obligation de franchissement. Cannobino, la gorge

La notation

Cas général :
La cotation de difficulté technique d'un passage est notée en chiffres arabes. La cotation de difficulté technique moyenne des parcours est notée en chiffres romains, plus optionnellement entre parenthèses la cotation de difficulté technique des passages qui sortent du lot, plus la cotation d'engagement. On peut utiliser plusieurs chiffres si la difficulté n'est pas homogène.
Cas des infrans :
  • X -> un ou plusieurs infrans,
  • X? -> un ou plusieurs infrans supposés,
  • 1X -> un infran,
  • 2X -> 2 infrans,
  • etc.
Un obstacle temporaire qui rend infranchissable un rapide franchissable en temps normal doit être mentionné littéralement dans le topo (la cotation de difficulté n'est pas affectée).
Exemple:

Guiers Vif (80 cm), Gorge du Pas du Frou: classe III-IV (5, X?), E2 (E4).

Sur ce parcours et au niveau d'eau indiqué, la difficulté générale alterne III et IV, on trouve un ou plusieurs passages de difficulté 5, il y a un ou plusieurs infrans possibles; l'engagement généralement rencontré est E2, ponctuellement E4.