Eauxvives.org
 
 
Pédagogie du risque

Pédagogie du risque

Par Jean LAMY
reproduit avec l'autorisation de l'auteur

 

I NOTION DE RISQUE

1) Aspect éducatif :

  • Naître, respirer, c'est déjà prendre le risque de vivre.
  • La prise de risque n'est pas spécifique à l'activité, mais sa gestion est spécifique
  • Le risque zéro n'existe pas - l'eau vive est différente  :

    - Des sports aériens

    - Des sports de montagne

  • Recrudescence des accidents constatée en 2001 et2002 ( noyades par coincements et rappels)
  • Les sites de pratiques n'ont pas changé et ne sont pas plus dangereux. Ce sont les publics et les comportements des pratiquants qui changent. ( pratiques nouvelles, mode des conduites à risques)
  • Il faut continuer à accepter la présence de dangers, et apprendre à le gérer. C'est une des spécificités de notre activité.
  • Réglementer la pratique à outrance, interdire certains sites ne fera pas reculer l'accidentologie. ( matériel aux normes CE, normes d'encadrement, pagaies couleur, arrêtés de navigation )
  • Le risque fait partie de la vie en général et de notre activité en particulier. En cela, le canoë-kayak peut être une bonne école de la vie
  • L'eau et son environnement , lorsqu'ils présentent des dangers, doivent faire l'objet de comportements individuels et collectifs acquis par la pratique de techniques spécifiques
  • Calculer le risque, c'est mettre en adéquation quatre paramètres : LES PRATIQUANTS, L'ENVIRONNEMENT, L'ENCADREMENT, ET LE MATERIEL UTILISE.

2) les quatre paramètres du risque calculé

 

Les pratiquants

Préparation physique
Préparation psychologique
Préparation technique
Se connaître soit même, connaître les autres , le groupe

L'environnement

Type de difficultés, durée de la descente.
Dangers d'objectifs :( 4) branches, rappels, siphon, coincements divers
Environnement , l'éloignement (gorges = engagement )

Encadrement

Fonctionnement du groupe , entraide possible ou non
Langage commun, communiquer par gestes, signes conventionnels
Ouvrir, fermer le convoi

 

Matériel

Adapté à la classe IV, V., au type de rivière, au niveau technique du pagayeur
Aux normes préconisées par la communauté européenne
Fiable et testé
Types de bateaux : courts, longs, plats ou volumineux , rigide ou gonflable selon la rivière
Cordes, mousquetons, cartes, téléphone portable

 

Kayak extrême  : sanction immédiate en cas d'échec.( mise en jeu de l'intégrité physique)

Kayak de haute rivière : réchappes possibles, risques mesurés. Il faut une accumulation d'échecs pour arriver à l'accident.

3) Risque et encadrement.

  • Ne pas céder à la pression du groupe ou du client.
  • Garder une marge de sécurité. ( système tampon en cas d'accumulation de plusieurs échecs )
  • Ne pas attendre de cadeau de la société et des clients par rapport à l'acceptation du risque.
  • Ne pas véhiculer l'idée que la prise de risque est proportionnelle à la cotation des difficultés.
  • Réglementation et prix du risque :
    • Ne pas interdire l'accès aux rivières
    • Topo, préconisation des pagaies couleurs ( outil pédagogique et non pas de flicage des individus)
  • Rester vigilant et attentif sur les parties dites faciles.

     

II AVANT DE PARTIR

Pédagogie pratique et prise de risques

1) Données :

  • L'encadrement connaît le site, et/ou il est capable de l'évaluer rapidement et le mettre en adéquation avec les compétences du groupe en situation
    Remarques : Les conditions extérieures peuvent modifier notoirement les compétences du groupe (froid, fatigue, luminosité, ambiance).
  • Le matériel plus ou moins adapté au passage, au parcours.
  • Le pratiquant et le groupe : hiérarchie entre ouvreurs, milieu et serre file. Adéquation entre la difficulté de la rivière et le niveau de pratique du groupe.
  • L'environnement : + ou - engagé, assistance véhicule de bord, niveau d'eau, topos

2) préparation psychologique , sécurité et prévention

  • Renseigner les participants sur la rivière ( topo) : la longueur, la durée, les difficultés, l'éloignement, le débit, les passages clefs, les portages, les infrans, les pièges ( la veille )
  • Etablir un timing précis qui prévoit une marge de sécurité de 2/3 heures de sécurité, en intégrant la durée des navettes souvent longues.
  • Renseigner sur l'environnement, la météo, niveau d'eau, l'ambiance de la descente.

Ces données ont une incidence sur la préparation mentale, l'équipement individuel (froid), l'alimentation, le matériel collectif de sécurité, la gestion de l'effort


  • L'encadrement doit vérifier que tout est en adéquation.
  • Chaque participant peut prendre ou non l'option " forfait journée " dans le " jeu de la caisse des dessalés ".

III PENDANT LA NAVIGATION

 Attitude de l'encadrement sur l'eau et sécurité active :

Vérifier le niveau d'eau à l'embarquement ( repères visuels, échelle de niveau ), l'équipement individuel des équipiers.

  1. Evaluer la difficulté, et les dangers, les scénarios catastrophes = prendre son temps pour repérer : amont , aval, rive droite et gauche.
  2. Faire un bilan diagnostic au groupe, des dangers des possibilités de franchissement à repérage pour tous si nécessaire. Faire s'exprimer tous les kayakistes sur les choix de trajectoires, crainte de chacun, stratégie de sécurité active
  3. Mettre en place une ou plusieurs sécurités en fonction des dangers objectifs repérés, mais aussi des " craintes individuelles ".
  4. Proposer un ordre de passage  l'ouvreur innove, il doit donc être un des kayakistes les plus expérimenté. L'ouverture est basée sur le volontariat : attention au kayakiste fusible " trop sûr de lui ou qui s'appuie trop sur le groupe  " ( cela peut aller jusqu'à mettre le groupe en danger )
    Attention aux kayakistes très expérimentés qui placent leur bateau et leur coup de pagaie à la perfection (espace et temps), ce qui donne une impression de facilité, sobriété des gestes et nombre de coups de pagaie réduits.
    Le serre file : mérite autant d'attention que les autres, même si tous sont bien passés. Ne pas réduire ou supprimer la sécurité mise en place ( nécessité de débarquer pour ceux qui ont franchi le passage )
  5. Le maillon faible et son franchissement.
    5.1 Avant :
  • Lui proposer de regarder le passage de quelques kayaks pour se faire une opinion
  • Toujours lui laisser le choix de porter, voir de l'encourager à porter en l'aidant. Ne pas attendre le dernier passage pour prendre la décision de porter (perte de temps considérable pour l'ensemble du groupe )
  • Proposer une trajectoire qui techniquement soit dans ses cordes, même si elle doit se solder par un esquimautage ( dans une zone sûre)
  • Renforcer la sécurité s'il le désir ou pour l'encourager à passer ( débarquement des ouvreurs).
  • Tenir compte de l'engagement.
  • Si le temps presse, encourager le portage.
  • Faire participer le porteur à la sécurité de ceux qui passent pour maintenir son intégration au groupe ( sécurité du bord ou en aval en bateau).
  • Conseils techniques :
    • Repérer le passage sous différents angles (aval, milieu, amont).
    • Donner des repères visuels bien visibles en kayak.
    • Conseiller sur le placement du bateau, sa vitesse, la gestuelle , le tempo.
    • Observer le passage de l'ouvreur et des autres
    5.2 Pendant :
    • Tous à la sécurité active.
    • Tous le regardent et lui donnent le feu vert (signe conventionnel).
    • Aide aux repères visuels en plaçant quelqu'un ou un objet à viser etc...
    • Aide manuelle : Ex : Une personne dans un contre courant étroit prête à saisir une pointe du bateau si nécessaire.
    • Encouragement ou aide verbale.
    5.3. Après:
    • Bilan de franchissement : recherche des causes de la réussite comme celle de l'échec.
    • Analyse des kayakistes spectateurs
    • Feedback du pratiquant : technique, physique, psychologique
    • Afin d'être réinvesti dans la suite de la descente, et servir d'indications utiles pour tous les partenaires ( et l'encadrement )

    IV APRES LA NAVIGATION : BILAN ET PROSPECTIVES


    Objectifs :

    • Bilan collectif global.
    • Bilan individuel.
    • Prospectives

    Choisir un moment de détente, favorable à l'expression individuelle (apéro ou dessert).


    Bilan collectif :

    • Taux de satisfaction.
    • Etat de fatigue. (indicateurs : nombre d'esquimautages, irritabilité, petit bobos, baisse de vigilance,...)
    • Motivation.
    • Logistique adaptée ou non.
    • Timing respecté ou non
    • Fiabilité des topos, modifications éventuelles de la rivière etc...

    Bilan individuel :

    • Feedback individuel au niveau technique, physique, psychologique.
    • régulation de ce feedback individuel par l'ensemble du groupe.
      Support possible : " jeu de la caisse des dessalés ". ( voir règlement en annexe)
    • Retour verbal ou et photographique sur les passages clefs.
    • Echanges entre kayakistes sur la descente.
    • Revivre les impressions, les sensations
    • Exprimer les angoisses, les peurs éventuelles, aussi bien de l'encadrement que des participants
    • Attirer l'attention sur des moments trop laxistes de la sécurité pendant la descente
    • Mettre en évidence des comportements non sécuritaires observés ( excès )

    CONCLUSION

    L'apprentissage de la "  notion de risque calculé " est indispensable à toute personne voulant devenir autonome et responsable de ses actes. A ce titre, on peut dire que les sports de pleine nature en général, et la descente de rivière en particulier sont de formidables écoles de la vie. L'unique maîtresse des pratiquants est la rivière avec ses caprices. Réglementer son accès ou l'interdire est un acte anti-éducatif privant les pratiquants de la plus belle facette de leur activité. A moins que le nouvel idéal de l'homme soit une personne irresponsable, docile, surprotégée, dépendante, robotisée.

    Néanmoins, la pédagogie du risque est un art qui demande beaucoup d'expérience, de sagesse et parfois de renoncement. Ne pas se laisser entraîner par la recrudescence " des conduites à risques " qui ne sont autres que l'exutoire d'une jeunesse qui se rebelle contre la surprotection, la réglementation à outrance de nos pratiques sportives . [ lire LEBRETON sur la notion de risque dans les APS ]



    A lire sur le forum:

    Avis, suggestions sur cette page

    Vos expériences vécues en lien avec cette page




    Page sécu
    Page d'accueil site